Mexico.- Le retrait des ordinateurs au ministère de l’économie n’est qu’une des mesures mises en œuvre dans le cadre du plan d’austérité, mis en œuvre par le président Andrés Manuel López Obrador.

Ce plan, annoncé à plusieurs reprises par le président depuis 2019, aura un impact négatif sur la qualité des services publics et administratifs.

Ce qui s’est passé au ministère de l’Économie, se produira sûrement dans les autres agences gouvernementales, a affirmé l’économiste et professeur émérite du Tec de Monterrey, Raymundo Tenorio.

Ces économies dans les dépenses publiques se refléteront dans la qualité des services dans les guichets, la sécurité, la santé, les voies de communication, l’entretien des routes, les services publics, la réparation des réseaux d’eau, entre autres, a déclaré Tenorio dans une interview à Siete24.

Bien qu’il soit commode de réduire les dépenses et de s’endetter dans ces circonstances actuelles en raison de la pandémie. Le rapport des finances publiques de Mayo indique le contraire.

Le directeur général a déclaré qu’il n’augmenterait pas la dette, mais il l’a augmentée et l’a augmentée, car ils n’ont plus d’argent du Fonds de stabilisation pour les recettes budgétaires.

Par conséquent, l’excédent primaire que le gouvernement avait en mai – se référant à l’excédent d’argent que l’administration avait – était dû à l’argent des fiducies (163 milliards) et que, même ainsi, il ne suffit pas de couvrir les dépenses, encore moins pour investissement.

Il y a donc un grave problème de crise budgétaire.

Enfin, l’économiste a assuré que le deuxième semestre sera davantage affecté par cette réduction des dépenses publiques.

D’autre part, il a commenté que l’économie du Mexique est comme un avion jumbo à 4 moteurs, fonctionnant avec 3 moteurs et demi.

En ce sens, il a expliqué que le premier moteur est l’équation macroéconomique; les dépenses privées ont chuté de 22,3%, le deuxième moteur étant les dépenses d’investissement fixes; (Gouvernement et Privé) qui ont baissé de 36,9%, le troisième est la dépense publique; aujourd’hui contracté par la loi d’austérité et enfin le 4ème moteur; qui est celui du secteur extérieur, des importations et des exportations, qui est à moitié moteur, du fait de la crise sanitaire.

Seven24.mx