Mexico – La nature est en crise. Les problèmes dus au changement climatique, à la perte de biodiversité et à la pandémie mondiale causée par Covid-19 ont sonné l’alerte.

Cependant, l’utilisation de la technologie est essentielle pour atténuer les ravages de l’urgence écologique sur notre planète.

Pour cette raison, l’initiative privée travaille main dans la main avec leurs gouvernements respectifs et les organisations internationales, afin de développer des technologies, des solutions et des processus écologiques ayant un impact positif sur l’environnement.

Un des exemples les plus réussis est une initiative sans précédent aux Philippines, où le ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles (DENR), en collaboration avec l’unité sans fil PLDT, Smart Communications et Huawei, à travers l’initiative Tech4All, réalise une programme pilote pour tirer parti de l’Internet des objets (IoT) et de la technologie mobile, comme solution pour enregistrer les sons dans la forêt tropicale afin de détecter et de prévenir l’exploitation forestière illégale et le braconnage dans les écosystèmes du pays.

Aujourd’hui, la solution a été mise en œuvre avec succès dans cinq zones désignées DENR à Palawan, la plus grande province de tout le pays et connue comme la «dernière frontière écologique» des Philippines.

À cet endroit, de vieux téléphones portables sont utilisés pour surveiller et enregistrer les sons environnementaux des zones naturelles protégées par le DNER.

La bioacoustique est téléchargée sur un service cloud à l’aide d’une connectivité intelligente. Par la suite, les informations seront accessibles via l’application mobile Rainforest Connection, l’ONG en charge du projet.

Les autorités philippines, ainsi que tous les partenaires de l’initiative, peuvent utiliser les informations contenues dans l’application mobile pour interpréter les modèles d’activité forestière et prendre les mesures appropriées dans les zones touchées.

Comment fonctionne ce réseau de surveillance acoustique? De vieux téléphones portables sont installés dans des zones stratégiques de la forêt tropicale. Ils sont alimentés par des panneaux solaires et disposent d’une connexion sans fil. Les sons sont enregistrés et transmis en temps réel via une application.

«Nous apprécions cette collaboration entre le gouvernement et le secteur privé pour aider à protéger les ressources forestières du pays. Cela confirme la détermination du secrétaire du DENR, Roy Cimatu, à utiliser la technologie pour compléter nos systèmes actuels », a déclaré Nilo Tamoria, directeur exécutif du groupe de travail sur la protection et la conformité de l’environnement du DENR.

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) représentent non seulement l’un des marchés qui présentent le plus grand potentiel de croissance économique, mais également un outil avancé pour protéger l’environnement naturel pour les générations futures.